Pub
logo croixdusud.info - Nouvelle-Calédonie

fleches Suite : Ciguatera

Aedes aegyptiAedes aegypti

Maladies spécifiques

Outre les maladies connues et répandues dans le monde et dans les pays avancés la Nouvelle-Calédonie a plus spécifiquement des cas de :

Curieusement pour un pays tropical et de façon jusqu'ici inexpliquée, le palludisme n'existe pas en Nouvelle-calédonie alors que cette maladie affecte l'archipel proche (400 km) du Vanuatu.

Citons aussi le Sida qui reste à un niveau faible : 15 nouveau cas en 2001 et environ 240 cas actuellement (1 cas pour 1000 habitants).

Dengue, chikungunya

La dengue est appelée aussi "grippe tropicale". Les virus responsables de cette maladie sont transmis à l'homme par le moustique Aedes aegypti. Soixante à 100 millions de personnes sont infectées chaque année dans le monde. La forme grave de la maladie, la dengue hémorragique, en recrudescence dans plusieurs régions intertropicales, est responsable de plus de 20 000 morts annuelles. Un des seuls moyens de lutte est le contrôle des populations de moustiques.

En Nouvelle-Calédonie elle affecte surtout les zones urbaines et se développe sporadiquement sous forme épidémique de peu d'ampleur. Jusqu'ici les cas restent bénins. La plupart des communes de Nouvelle-Calédonie ont des programmes d'éradication des moustiques dans les zones urbanisées.

Deouis quelques années le chikungunya du à un virus dont le vecteur est un moustique s'est développé en Nouvelle-Calédonie. Les symptômes sont voisins de ceux de la dengue mais en plus violent avec de fortes fièvres et des douleurs articulaires imporatntes.

Leptospirose

Cette maladie infectieuse est provoquée par une bactérie, un spirochète, du genre Leptospira qui vit essentiellement parmi les rongeurs mais aussi dans les zones où il y a de l'humidité et de l'eau. La transmission se fait surtout par contact avec les milieux souillés et par les animaux infectés.

En Nouvelle-Calédonie 193 cas ont été répetoriés sur deux ans. Cette maladie touche surtout les professions agropastorales en contacts répétés avec l'eau douce, les animaux domestiques et l'élevage, des porcs notamment.


Lèpre

C'était il y a 50 ans une maladie anormalement répandue, notamment dans les populations mélanésiennes. Avec le système de santé qui permet le traitement de tous, cette maladie est devenue rare (proportion de 3 cas sur 100000 personnes alors qu'il était encore de 15/100000 en 1980). Le centre de traitement Raoul Follereau à Nouméa n'a plus que 15 malades résidents.


Ciguatera

La Ciguatera (dénommée localement "gratte") est un empoisonnement typique dans les territoires où l'on consomme des poissons des récifs coralliens. Une page particulière lui est consacrée. Les cas sont assez nombreux (1645 cas depuis 16 ans) mais ils ne sont pas tous répertoriés. Les affections sont en général sans conséquences graves.

Système de Santé

L'état sanitaire de la population en Nouvelle-Calédonie est bon, proche de celui des pays les plus avancés. Il y a plus de 400 médecins dont près de la moitié de spécialistes pour une population sensiblement supérieure à 200000 habitants. Les établissements hospitaliers totalisent près de 900 lits. L'équipement sanitaire est d'un niveau proche de celui des pays avancés. Seuls les cas de chirurgie les plus difficiles nécessitent des évacuations sanitaires sur l'Australie avec laquelle existent des accords permettant la prise en charge rapide des malades et la couverture des frais par la système de couverture sociale calédonien..

Les dépenses de santé constituent 8,8% du PIB.

Sources : documents de la Cafat - La Nouvelle-Calédonie par Alain Christnacht, études de la documentation Française, 2004

Reproduction partielle ou totale à des fins de publication et diffusion des contenus de ce site requierent l'autorisation de www.croixdusud.info