Pub
logo croixdusud.info - Nouvelle-Calédonie

flechesSuite : quartiers Suite : baies et plages

noumea 2000
  Centre ville, administrations, commerces, port.
  Résidentiel et commerce décentralisé
  Enseignement, recherche, administration
  Industriel & espace portuaire.
  Espace naturel protégé
  Espace non urbanisé
  Zones militaires 

Nouméa a été fondée en 1854, sous le nom de Port de France par Tardy de Montravel. Il avait choisi ce site, une presqu'île vers l'extrémité sud de la Nouvelle-Calédonie (Grande Terre) sur sa côte Ouest, pour la qualité de sa rade d'eau profonde bien abritée.Nouméa a toujours été avant tout un port. C'est par lui que transitent toutes les marchandises allant ou venant de l'extérieur.

L'agglomération de Nouméa compte officiellement 130000 habitants, mais sans doute beaucoup plus.

Près de 80 000 habitants occupent la presqu'île et ses prolongements (Ducos, Île Nou, nord de la presqu'île à Koutio). L'ensemble est urbaniséà 70%.

La superficie de la presqu'île mesurée en 1996 est de 5092 ha.

La partie résidentielle occupe la partie centrale et le sud. Les zones industrielles sont celles de la presqu'île de Ducos et de l'ensemble usine de Doniambo (SLN) - nouveau port, celui-ci établi sur des remblais de scories dans le lagon. La presqu'île Ducos est un site collinaire avec de nombreuses baie. Elle aurait été mieux adaptée au développement résidentiel qu'industriel lequel demande en général de vastes terrains plats. A l'inverse les zones plates au nord (Koutio) sont développées en résidentiel et commercial.

L'île Nou, maintenant reliée à Nouméa par une digue de remblais, est encore très peu urbanisée. Une petite partie est occupée par des établissements technique et l'Université.

Les espaces naturels protégés sont encore rares, seule la partie ouest de la colline du Ouen-Toro au sud bénéficie de ce statut. Elle est une des dernières zones de forêt sèche du Territoire.

Mangroves

La presqu'île de Nouméa était un territoire de mangroves. Depuis le début de la capitale, elles disparaissent progressivement sous des remblais. Elles dépérissent aussi de pollution et du renouvellement insuffisant de l'eau salée dans les zones où les communications avec la mer sont restreintes par les travaux d'infrastructure. Environ 1/4 de la mangrove a été détruite depuis 1960 et 200 ha d’autres milieux biologiques côtiers ont disparu dans cette zone en raison des aménagements urbains (Ministère de l'Ecologie, Etat de milieux en Nouvelle Calédonie, 2004)

Pour les vieux Nouméens les mangroves avaient la réputation fâcheuse de nids à moustiques même s'ils aimaient aller y pêcher les crabes. Ce n'est qu'aujourd'hui que certains commencent à reconnaître leur rôle écologique important et leur esthétique. Les pouvoirs publics paraissent encore peu sensibles à la nécessité de leur protection et les travaux d'infrastructure continuent de détruire les mangroves.

Remblais ou "endigages"

Paradoxe de ce territoire quasi vide qu'est la Nouvelle-Calédonie, Nouméa a toujours estimé devoir créer de l'espace, ou le façonner selon ses besoins, en gagnant sur le lagon et les mangroves par des remblais dénommés aujourd'hui "endigages" par les maîtres d'oeuvres publics. Les scories produites en quantité croissante par l'usine de nickel de la SLN et qui encombrent celle-ci, fournissent le principal matériau de remblai.

Les premiers remblais ont commencé dès 1857 parce que le plan de la ville créé par Paul Coffyn était un quadrillage de rues rectilignes, totalement inadapté au relief du lieu. Il nécessitait de raser la butte Conneau et de remblayer la mangrove qu'elle abritait (aujourd'hui Place des cocotiers, partie ouest du quartier latin). Ce remblai serait aujourd'hui considéré comme modeste, 2ha, mais il fut fait à la pelle, la pioche et la brouette par les bagnards.

Les remblais les plus importants ont été faits dans le seconde moitié du XX ème siècle. Ce sont l'essentiel de l'espace de l'usine SLN de Doniambo constitué par les scories de l'usine de fusion du nickel, les marais du quartier de Rivière Salée, la digue reliant l'ïle Nou à la Presqu'île (extension du port) et le fond de la Baie de la Moselle (site de l'hôtel de la Province et du nouveau marché). Avec les moyens modernes ces remblais sont devenus très importants, près de 1/5 de l'espace actuel de la presqu'île est constitué de remblais. Actuellement d'importants remblais sont en cours un peu partout notamment pour des aménagement routiers. Dans la baie de Boulari une voie routière a été créée dans le lagon.

Reproduction partielle ou totale à des fins de publication et diffusion des contenus de ce site requierent l'autorisation de www.croixdusud.info